Migrations et crises en Europe : l'exemple de l'Italie

le 
Mardi, 7 Avril, 2020 - de 12:15 à 13:15
Bruno Riccio

Conjuguée à la crise économique, ce que les médias ont appelé «la crise des réfugiés » a considérablement intensifié la politisation des migrations. Dans de nombreux pays d’Europe, une exacerbation de la stigmatisation et la racialisation des différences socioculturelles se sont insinuées. A cet égard, le cas italien est emblématique : après 30 années d’immigration, la représentation latente de l’étranger menaçant s’est comme cristallisée, exposée à de redoutables usages rhétoriques au service d’ambitions politiques.
En contrepoint, la réponse à l’adversité sociale qui s’est accrue pour les immigrés tire avantage à être observée par le prisme des chantiers civiques développés par les associations d'immigrés. Ces expériences de créativité sociale constituent d’inédites fenêtres pour l’analyse anthropologique des traductions, toujours fragiles, des tentatives d’expressions de la citoyenneté dans la vie quotidienne des personnes.

Animateur :  - 

Informations complémentaires: 

 

Bruno Riccio est professeur d'anthropologie culturelle et anthropologie des processus migratoires à l’Université de Bologne (Italie).
Il suit depuis une vingtaine d’années des recherches sur les migrations transnationales sénégalaises, le racisme, les politiques et les processus d’intégration en Italie.

Bibliographie sélective :

  • Mobilità. Incursioni etnografiche (Mondadori, 2019)
  • From Internal to Transnational Mobilities (Emil, 2017)
  • Antropologia e migrazioni (CISU, 2014)
  • Transnational migration and dis-located borders (Guaraldi, 2010)

Publications en français :

  • "Transmigrants" mais pas "nomades": Transnationalisme mouride en Italie. Cahiers d’études africaines, 2006, 181, pp. 95-114  
  • Associationisme, capital social et potentialités de co-développement parmi les migrants sénégalais de la province de Bergame. In Sebastiano Ceschi, Andrea Stocchiero (éds.), Relations transnationales et co-développement. Associations et entrepreneurs sénégalais entre Italie et lieux d’origine (L’Harmattan, 2007), pp. 25-49
  • Les migrants sénégalais en Italie. Réseaux, insertion et potentiel de co- développement. In M.C. Diop (ed.), Le Sénégal des migrations. Mobilités, identités et sociétés (Karthala, 2008), pp. 69-104
  • Les associations de Sénégalais en Italie. Construction de citoyenneté et potentialités de co-développement. « ASYLON(S) », 2008, 3, pp. 1-7
  • Citoyenneté, représentations et discriminations. Les associations des jeunes d’origine étrangère à Bologne. « Migrations Société », 2012, 24, pp. 141-142