Les robots nous ressemblent-ils : l'illusion empathique

le 
Mardi, 22 Novembre, 2016 - de 12:15 à 13:15
Véronique Aubergé

Conférence annulée
MAJ du 21/11 : Pour des raisons indépendantes de sa volonté, Véronique Aubergé ne pourra être présente. Cette conférence est donc annulée. Nous nous en excusons et vous remercions de votre compréhension.

La production de la robotique sociale est en continuité (scientifique et technique) de l’évolution technologique, et aurait pu émerger avant son actuel engouement. Par contre la perception de la robotique sociale est une rupture culturelle majeure : l’objet robot est perçu comme sujet, à travers une illusion empathique. Comment ce pouvoir de « l’autre » artefactuel peut-il être outil d’enjeux sociétaux majeurs, en particulier dans un contexte croissant de sentiment d’isolement social ? Les risques sont-ils réellement ceux présentés en évidence ou pourraient-ils être plus invisibles et profonds ? Quelles décisions sociales et culturelles prendrons-nous dans l’acceptation sociale de cette technologie au moment où des projets de lois avancent le statut de « personne électronique » ? Ces questions seront abordées par des propositions sur la modélisation de l’interaction humaine, à travers la présentation d’expériences menées selon des méthodes de co-construction écologiques débouchant sur le développement de solutions en robotique sociale.

Informations complémentaires: 

Véronique Aubergé est chercheure CNRS, responsable du Living Lab Domus au Laboratoire d'Informatique de Grenoble (LIG) et dirige le département I3L (Informatique en Lettres, Langues, Langage) de l’Université Grenoble Alpes en s’impliquant fortement dans le Master Industries de la Langue. Elle préside le comité d’éthique en Robotique Sociale de la SFTAG et est co-fondatrice de la Chaire Robo’Ethics de Grenoble INP Fondation.

Elle a développé une méthodologie expérimentale écologique de co-construction des théories, modèles et technologies, dans lequel le robot est un instrument d’observation et validation des comportements humains. Elle propose une théorie cognitive de la représentation de soi et de l’autre qui inscrit l’interaction humaine dans une dynamique évolutive de la relation et de l’attachement (glu socio-affective). Ses applications pour l’interaction personne-robot sont en particulier mises en œuvre pour les personnes fragiles. Elle travaille plus spécifiquement actuellement sur la télé-opération robotique (RobAir Social Touch avec le FabMSTIC) pour les enfants hospitalisés ou les âgés, la robotique domotique en réparation du lien en partenariat avec Awabot et la médiation pour les âgés en EPAHD avec Partnering Robotics.